AlphaGo, Robot mon Amour

alphago

Les actualités sur la progression/arrivée (enfin) des robots se succèdent avec une fréquence toujours grandissante. Le robot de Google, AlphaGo,  vient de remporter son match qui l’opposait au champion du monde de Jeu de go. Bhouuuuuuuuu minable le mec. Perdre contre un grille-pain! Il y a quelques  jours la SNCF lançait ses robots de gare. Quelques jours plus loin Google (encore) bluffait tout le monde avec son robot qui ouvre les portes puis marche dans la neige et emplie des cartons sur une étagère. Sans compter les cris d’orfraie de Stephen Hawking  ou de Bill Gates sur le thème : les robots vont vous piquer votre taf. Bon, va falloir se poser un peu.

Je ne vais pas revenir sur le fait que la définition de l’intelligence est modifiée chaque fois qu’un ordinateur avance d’un pas vers la « résolution de l’intelligence ». Victoire au jeu d’échecs : oui mais ce n’est pas pareil … réussite au test de Turing : oui mais ce n’est pas la même chose… parce que pour commencer, nous les humains, on fait preuve de sentiment. Ah oui, La fameuse intelligence émotionnelle. Bien pratique hein !

Ils ne réfléchissent pas, ils regardent dans le rétro pour avancer

J’ai vue certain philosophes répondre aux média : ils ne réfléchissent pas, ils regardent dans le rétro pour avancer. Et comment on fait nous hein ? Ben pareil !! Je m’explique. Pour gagner au Jeu de go, l’ordinateur ne pouvant calculer tous les coups possibles a appris. On lui a demandé d’analyser un très grand nombre de parties et il a fini par faire une synthèse des bonnes pratiques qui débouchent en général sur des victoires. C’est ce que l’on appelle l’apprentissage profond. Donc certains disent l’ordinateur n’a fait preuve d’aucune créativité il ne fait que répliquer ce qu’il a déjà vue. Certes, mais l’homme, lorsqu’il s’entraine fait-il autre chose. Peut-on réellement imaginer une créativité ex nihilo ? Et dans tous les cas si elle existe elle doit être rare. Donc l’ordinateur réfléchis comme la très grande majorité de l’espèce humaine. Mais dans le cas  AlphaGo ne se contente pas de répliquer il est capable après avoir effectué une synthèse, de combiner. Ou plus exactement de recombiner (inclus sur algorithme). Mais la poésie, la cuisine ou la musique ne sont jamais que des recombinaisons d’éléments existants. La preuve, les commentateurs de la partie contre le champion de jeu de go étaient unanimes : l’ordinateur a joué des coups qu’aucuns professionnels n’auraient pensés. Orignal non ? Retenez que c’est cette même logique d’apprentissage profond qui a permis de faire des avancer dans le diagnostic du cancer.

Alors les robots bourreaux ou saveur ? Comme dans l’excellente série Real human, le robot peut être vu comme le nazi ou le juif. Le problème bioéthique est sérieux et réel. Il serait temps que nos chers hommes politiques s’emparent du débat… avant que nous élisions un robot à leur place.

Poursuite de lecture :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Deep_learning

http://www.icra.ca/l-apprentissage-profond-permet-de-reperer-des-genes-de-lautisme-et-du-cancer-dans-des-regions-inexplorees-du-genome/